I.N.R.I.
  • Éditeur: The Monacelli Press
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 1580930433
  • Tags: récits, prose, biographie, textes, fresque,

Télécharger epub I.N.R.I. livre gratuit en français PDF

Il y a deux mille ans, l'incarnation de la Parole a annulé l'interdiction biblique de représenter la figure humaine. En réponse aux iconoclastes, en l'an 787, le Deuxième Concile de Nicée déclarait : "Nous définissons que, comme les représentations de la précieuse et vivifiante Croix, les images vénérables et saintes, qu'elles soient peintes, en mosaïque ou dans tout autre matériau approprié, doivent être placées dans les saintes églises de Dieu, dans les ustensiles et vêtements sacrés, sur les murs et panneaux, dans les maisons et les routes. D'où l'art du vitrail, de la fresque et de l'huile, tout l'art occidental, sacré et profane, et, indirectement, même la photographie. Comment pouvons-nous représenter Jésus à l'aube du 21ème siècle ? Comment illustrer leur vie, leurs actions, leur enseignement avec les moyens actuels, dans le monde qui nous est familier, de telle sorte qu'il les place dans une relation d'immédiateté, c'est-à-dire, paradoxalement, leur donner un aspect intemporel selon la parole des Evangiles : "Je suis avec vous pour toujours, jusqu'à la fin du monde. ? D'une relecture des textes, des sources, en essayant de mélanger les faits avec les gloses auxquelles ils ont donné lieu, comme s'ils appartenaient ensemble à ce temps indéfini qu'est le présent et que nous découvrons pour la première fois, nous nous contentons vraiment de suivre l'exemple des artistes du passé qui n'ont pas hésité à transposer dans leur siècle les épisodes de la sainte histoire, leur donnant volontairement pour leur décoration une banlieue de Florence. Serge Bramly et Bettina Rheims

Serge Bramly

Serge Bramly

Nationalité : France Né à : Tunisie, 31/01/1949 Biographie : Serge Bramly est un spécialiste de la photographie, globe-trotter et écrivain français. Après un service militaire en coopération en Afghanistan, il a effectué de nombreux voyages aux États-Unis et au Brésil. Il a apporté des livres sur les derniers Amérindiens et les pratiques vaudou (Macumba). Il est l'auteur de romans érudits qui tournent autour du thème de l'irréalité, de la tromperie et de la mystification : L'itinéraire du fou (Prix Duca), La Danse du loup (Prix Bibliothèque), Ragots. Il est également l'auteur de nombreux essais, notamment sur la Chine (Le voyage de Shanghai), l'art et la photographie. Son dernier roman, Le premier principe, le deuxième principe, a été publié en 2008 par JC Lattès dans le cadre de la nouvelle saison littéraire. Reçoit le prix Interallié 2008. Serge Bramly est le mari de la photographe Bettina Reims et le père de l'acteur Virgile Bramly.

Commentaires et critiques des lecteurs

21-09-2019

Comme nous le savons, l'une des plus grandes révolutions de l'iconographie chrétienne a eu lieu à la Renaissance, grâce à des peintres comme Giotto (etc., en Italie mais aussi ailleurs) qui se sont "émancipés" des canons byzantins et, en définitive, des icônes des Églises orientales, dont l'immutabilité est pour eux une garantie de fidélité. C'est une émancipation qui se réalise par le réalisme : réalisme de l'anatomie humaine, réalisme des couleurs de fond, et puis et surtout réalisme par l'introduction du contemporain : les thèmes bibliques sont maintenant situés dans les paysages umbro-toscans de l'époque, à travers des personnages physiques, gestes, coiffures, costumes de Quattrocento. Tout cela pour dire qu'il me semble que c'est dans une conception (et une conceptualisation) totalement Renaissance que ce travail photographique a été réalisé : par l'émancipation des canons de l'iconographie chrétienne post-Renaissance à travers l'introduction du contemporain d'aujourd'hui : Ainsi, il n'est pas surprenant que Jean-Baptiste soit dépeint comme un rebelle aux perforations multiples sur fond de banlieues appauvries, que la crèche de la Nativité se déroule dans un hangar abandonné, que les Apôtres ressemblent à un groupe de rappeurs, que la pose quasi pornographique de Marie Madeleine soit fortement marquée par toute notre esthétique des magazines populaires, voire par celle de Playboy, que la crucifixion puisse représenter un homme ou une femme, comme sur la couverture ; plus généralement que le langage chromatique est celui de la photographie publicitaire, avec ses modèles et ses couleurs (ou le noir et blanc du reportage documentaire). Je pense que l'idée était d'utiliser le langage biblique le plus "orthodoxe", mais dans une narration plus conforme à la prose et aux formes narratives contemporaines. L'histoire a le rythme d'une biographie contemporaine, certes, bien sûr, sa bibliographie va au-delà des évangiles et de l'Ancien Testament, mais personnellement il n'était pas plus désorienté qu'après avoir revu le célèbre film de Zeffirelli ?