Journal d'un génie
  • Éditeur: Gallimard
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2070738116
  • Tags: surrealiste, journal, autobiographie, biographie, témoignage,

Télécharger epub Journal d'un génie livre gratuit en français PDF

Ce livre révèle un journal intime de Dali. Pour Dalí, son propre génie ne fait pas de doute. Il ne le répète pas pour se convaincre, mais pour convaincre ses contemporains. Dans Le journal d'un génie, Dali se contemple, mais en même temps, il va plus loin et récupère, au-delà de son image, les ambitions métaphysiques de la peinture. Au-delà de cette publicité, Dalí révèle également son caractère de peintre qui pousse la conscience de son art jusqu'aux détails minutieux qui le mènent au bord de la folie. Introduction et notes de Michel Déon, l'académie française Le film: Un chien andalou de Luis Buñuel Premier film surréaliste, premier film de sang, Un chien andalou est l’un des chefs-d’œuvre du septième art. Comme les mots d'un cadavre exquis, les images sont liées, manipulant des personnages et des objets. Un homme coupe l'oeil de son ami. Une main égratigne le dos d'une femme. Au piano, il traîne des ânes en putréfaction ... Le spectateur est transporté dans un spectacle avec des dangers de protéines ... Salvador Dali, un coscénariste, est déjà un génie.

Salvador Dalí

Salvador Dalí

Né à Figueras le 11 mai 1904. Décédé à: Barcelone, le 23 janvier 1989. Biographie: Entre ses moustaches inimitables, ses apparences folles et son travail révolutionnaire, Salvador Dalí redéfinit le surréalisme d'un coup de pinceau. Sa fascination pour la psychanalyse marque tout son travail, notamment grâce à sa "méthode critique paranoïaque". L'artiste recourt à ses psychoses et peint ses obsessions les plus enfouies. Motivé par son amour pour Gala, il captive le monde avec des toiles réalistes dans lesquelles le désir est le centre de toutes les attentions. Celui qui s'est surnommé le "polymorphe pervers" se concentre sur des mondes érotiques intrigants qui perturbent le monde de l'art. Sous ses doigts naissent des courbes et des représentations phalliques, comme une corne de rhinocéros, qui se multiplient au gré des peintures. Provocant à volonté, Dali crée l'événement sous toutes ses formes et devient rapidement un phénomène médiatique. Mais son premier amour lui revient lors de son exil à New York. Il est revenu à l'impressionnisme et a révisé l'iconographie de la Renaissance et ses thèmes sacrés. Si le style change, les notions de mysticisme et de dualité restent constantes: de la double image qui n’est qu’un effet optique au double langage de toutes choses. À la mention de son nom, l'adulation et la critique se mêlent amoureusement, mais le génie de Salvador Dali, à la fois dans sa manipulation des pinceaux et dans celle de l'opinion publique, est indiscutable. Source: evene.fr Ajouter des informations

Commentaires et critiques des lecteurs

16-09-2019

Il éclaire une partie de la vie de l'artiste et est terriblement drôle et amer. J'adore! Le narcissisme et le deuxième degré à votre apogée! Je suis déjà un admirateur de l'artiste et je "connais" le personnage depuis mon enfance, c'est probablement pour cela que ce livre m'a aussi séduit!

15-09-2019

Un livre à lire pour les fidèles de Salvador Dalí. Un journal avec beaucoup de fierté qui est représentatif du personnage. Ce livre est comme son auteur surréaliste, les idées sont liées sans être nécessairement coordonnées. Encore plus qu’un journal, c’est une ode à nous-même et à sa femme que nous offre le peintre. Cependant, je regrette les extraits sur l'eschatologie qui semblent être un sujet admiré par Dalí. Lors de la lecture de ce roman, j'ai reçu une révélation: au-delà de la grande beauté de ses œuvres exposées, au-delà de la persistance de la mémoire, je suis en fait un admirateur de l'écrivain et non un peintre de renom.

14-09-2019

Il ne s'agit pas de percer l'intimité d'une personne de bonne réputation. Ce journal est écrit immédiatement pour être lu. Écrit de 1952 à 1963, l’auteur ne s’y mêle pas vraiment, il s’expose dans toute son extravagance, dans toute son arrogance et sans aucune marque d’humilité, sans le moindre doute sur la vie de Pacha. le dirigeant Salvador Dalí veut être riche, il est et compte profiter au maximum de son temps libre pour suivre tous ses caprices. Insupportable, son comportement devient si caricatural que le lecteur ne peut que rire d'une telle exubérance absurde, se plaignant de l'amateur triste qui aurait aimé connaître l'opinion du grand Dali sur son travail, se plaignant du notaire qui l'aurait aimé. Entendre la raison sur des questions purement administratives, puis judiciaire pour manque d'attention. Les crises créatrices sont entrecoupées de flambées amoureuses pour Gala Dali, de réflexions sur les écrits de Friedrich Nietzsche ou d’illusions eschatologiques qui se seraient volontiers écoulées. Je ne regrette pas cette lecture extrêmement surprenante et délirante au premier sens du mot, mais je ne sais pas ce que je vais garder à moyen et long terme. Il semble que les obsessions de Salvador Dalí, libres et insouciantes, ne mènent nulle part, comme celles d'un enfant trop gâté qui ne sait pas occuper son temps. L'histoire est encore plus amusante, je salue l'élégante moustache de l'auteur.

13-09-2019

Salvador Dalí était ce que les Américains appellent "plus grand que nature" car personne d'autre que lui n'est allé aussi loin dans l'excentricité et l'exubérance, au point de provoquer le chef despotique du surréalisme, André Breton. Ce "Journal d'un génie" a été écrit de 1952 à la fin de 1962. Nous découvrons un fidèle Dalí (la plupart du temps dans sa résidence à Port Lligat), dans la sphère privée ou publique. Il nous a parlé de son snobisme quand il s'agissait de fréquenter des cercles sociaux qui semblaient inaccessibles aux surréalistes et inversement, de sa fascination pour "l'uniforme dodu, si bien attaché", d'un projet de film au décor iconoclaste. etc. Il se souvient également des souvenirs de deux de ses amis décédés, René Crevel et Federico García Lorca, et il n'oublie jamais de mentionner le nom de celui qu'il considérait comme son second père, Pablo Picasso et son épouse Gala, sans qui il n'aurait jamais été ce qu'il était. Qui était. Au vu de toutes ses divagations écrites dans ce journal, on se demande qui était le plus fou entre Antonin Artaud et lui. Difficile de se décider car la frontière entre génie et folie est ténue. Mais je me tournerai davantage vers Artaud à propos de la folie car Dali était finalement le clown pour impressionner et amuser la galerie avec de bonnes paroles, Dalinian. Il parle même de lui à la troisième personne du singulier, c’est-à-dire de la haute estime qu’il avait de lui-même. Compte tenu du caractère légèrement scaphophile, l'agenda est suivi en annexe d'extraits du manuel "L'art de péter" ou "art gunly" écrit par le compte de trompettes caché sous un pseudonyme, "Big Bell". Probablement publié au XIXe siècle. C'est un texte qui décrit toutes les variations des pets, amusant au début mais qui se coince très vite, sans intérêt et redondant. Que l'on aime ou non sa peinture, la personnalité de ce grand artiste du XXe siècle ne peut le laisser totalement indifférent. "Archangéliquement" impressionnant.

12-09-2019

D'un livre à un conseiller pour peintres amateurs (en particulier Dali), à tous ceux qui s'intéressent au surréalisme ... ils recherchent également un mélange de folie et d'excentricité dans leurs lectures. Le journal de Dali est profondément stimulant, les critiques proches des écrivains surréalistes qui vivent librement, les brillants moments d'amour de Gala, les rêves mystiques et les affaires du sud sont un travail quotidien. Drôle et éclairant!

Salvador Dalí

Gallimard

Gallimard est un groupe d'édition français fondé en 1911 par Gaston Gallimard et publié aux éditions de la NRF, créées en 1908 par Gide et sa famille. Le groupe Gallimard est considéré aujourd'hui comme l'un des plus importants éditeurs français et compte de nombreux prix Goncourt, le prix Nobel de littérature et le prix Pulitzer dans son catalogue d'auteurs.