La veuve Basquiat
  • Éditeur: Christian Bourgois Editeur
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2267029421
  • Tags: chroniques, témoignage, histoire, magie, gay,

Télécharger epub La veuve Basquiat livre gratuit en français PDF

New York dans les années 80 : une ville fascinante et un peu folleBerceau du hip hop et de la culture underground, regorgeait d'une énergie créative sans pareille qui a donné naissance à certaines des créations artistiques les plus significatives du XXe siècle, et c'est alors que Jean-Michel Basquiat, Au cours des dernières années de sa vie, avant sa mort à l'âge de 27 ans, il a partagé sa vie avec Suzanne Mallouk, son amante et sa muse, qui s'était rassemblée dans un bar du Lower East Side après que Suzanne ait fui sa maison canadienne, Ce fut le point de départ d'une relation turbulente et passionnée, qui a profondément influencé le travail de Basquiat, et c'est à partir de cette relation que Jennifer Clement raconte l'histoire, du point de vue de son amie Suzanne Mallouk" Les moments d'intimité derrière la figure de Jean-Michel, plus vrais que nature, sont rarement mentionnés, on sait qu'il travaillait dur, souvent avec beaucoup d'héroïne, dans le sous-sol de son agent, Annina Nosei, qui vendait parfois ses tableaux contre son gré, avant de sentir qu'il les avait finis. Nous savons qu'il a eu une enfance chaotique. Mais qu'en est-il de ses amours, des hommes et des femmes qui l'ont soutenu, parce qu'ils l'aimaient, forcés d'assister à son autodestruction ? Pour connaître la prison d'or de Jean-Michel, le vrai prix de sa gloire, il nous faut une histoire vraie. [...Jennifer Clement donne cet accès au lecteur : elle raconte l'histoire d'amour entre Suzanne Mallouk et Basquiat et construit un récit nuancé que Mallouk décrit comme "inspiré" par ses propres écrits et récits, Clemente nous invite à suivre l'évolution de sa relation à la vie commune et l'instabilité de Basquiat, enfermée dans la paranoïa ; selon Suzanne, Clemente ne produit pas une hagiographie du Basquiat, mais renvoie une place que Suzanne affirme dans cette histoire vue de l'intérieur. ...] La Veuve Basquiat est l'histoire d'amour complexe, racontée avec élégance, de deux personnes qui se cherchent, se retrouvent à un moment crucial de l'histoire et mettent le feu à tout, y compris eux-mêmes" Rebecca Walker, NPR

Jennifer Clement

Jennifer Clement

Nationalité : Etats-Unis Né à : Greenwich, Connecticut, 1960 Biographie : Jennifer Clément est une écrivaine américaine vivant au Mexique. Ses parents ont déménagé à Mexico alors qu'elle n'avait qu'un an. Il a étudié la littérature anglaise et l'anthropologie à l'Université de New York et a étudié la littérature française à Paris, France. Il est également diplômé du Stonecoast M.F.A. Creative Writing Program de l'University of Southern Maine. Il a reçu une bourse littéraire du National Endowment for the Arts en 2012 pour "Prayers for the Stolen" (Prayers for the Stolen, 2014). Le roman a reçu un accueil enthousiaste, finaliste du Prix Femina 2014, finaliste du Grand Prix des lectrices Elle 2015, en cours de traduction dans de nombreux pays. "Gun Love" (Balles perdues), publié au début de l'année littéraire 2018, est son quatrième roman. Présidente du Club PEN Mexique de 2009 à 2012, elle est présidente de PEN International depuis octobre 2015. Jennifer Clément vit actuellement à Mexico. votre site : + Voir plusSource : Flammarion Ajouter des informations

Commentaires et critiques des lecteurs

09-12-2019

L'ardente artiste au néon, vue par son amant le plus proche. Sur mon blog :

08-12-2019

Le titre dit tout : Suzanne était la femme que Jean-Michel Basquiat aimait, même s'il l'a abandonnée. Camarera, à peine moins drogué que lui, est le mieux placé pour témoigner de la folie sublime et toxique de ce grand maître du graffiti dont les œuvres ont atteint le sommet. Et l'auteur de cette histoire connaissait très bien la veuve Basquiat. La question sous-jacente de ce livre est de savoir si la drogue omniprésente, malsaine et destructrice a conduit le peintre à la hauteur artistique ou seulement à la mort. J'adore Basquiat, mais je me demande si ce n'est pas à cause de la fumée et des miroirs.

07-12-2019

Suzanne et Jean-Michel. Un véritable roman, le collage d'une histoire folle entre un jeune peintre qui, à 25 ans, a déjà tout donné et sa muse, son amant, sa force créatrice. Un roman de collage qui peut être lu et vécu comme le débordement d'une toile Basquiat. Une histoire crue sur la fièvre qui a brûlé à Manhattan dans les années 1980. Chaos, folie, argent, amour passionné, Jennifer Clément dans un style propre et pointilleux montre un artiste et sa muse en action. L'art de Basquiat "L'enfant radieux" explose à chaque page : un peintre et sa ville, une époque, lit Jennifer Clément.

06-12-2019

Jennifer Clément, amie de Suzanne Mallouk, dite La veuve Basquiat, raconte avec précision et intimité le parcours de cette jeune femme audacieuse qui a sûrement partagé plus que quiconque la vie du célèbre artiste Jean-Michel Basquiat, dont vous avez probablement déjà vu les tableaux. Elle raconte son histoire comme si elle était là, surtout parce que le livre est parsemé de témoignages directs de Suzanne, qui racontent les choses avec fraîcheur et empathie. Que vous connaissiez Basquiat ou non, vous pouvez lire ce livre comme la courte biographie explosive de deux jeunes amoureux ambitieux qui ont voulu révolutionner l'art et les mentalités à New York dans les années 1980. Nous constatons en particulier un certain zèle pour lutter contre le racisme - avec des exemples parfois très attrayants et très émouvants - mais aussi pour faire de la vie quotidienne une aventure riche en émotions et en créativité, qu'ils auront réalisée. Mais quand on essaie de brûler la bougie aux deux bouts, on se laisse rapidement envelopper par la passion. Ou de la drogue. Ou les deux. Sans parler des accès de violence causés par ces derniers, dont ils n'auraient pas pu se passer, puisqu'ils ont tous les deux eu une enfance déchirante. C'est ainsi que Suzanne - la Vénus - se retrouve en quelque sorte piégée dans la cage de Basquiat, amoureuse mais fatiguée et abîmée, avec le désir de s'en sortir assez confuse. On la voit s'accrocher désespérément à cet homme qui veut être sauvage, indomptable, capricieux, perdu et dominant - et finalement on se sent soulagé quand elle arrive enfin à se débarrasser de lui, à aller se faire une vie ailleurs, à devenir quelqu'un, à s'improviser artiste. Ce livre est lu immédiatement, son écriture est tout simplement parfaite, pleine d'innocence et de sourires dans un coin, coloré et zigzaguant. On apprend aussi beaucoup sur l'homme et l'artiste Basquiat, sur la façon dont il a créé ses tableaux, sur ses sources d'inspiration, sur le message qu'il voulait transmettre, sur ses défauts aussi. Vous découvrirez également d'autres personnes qui ont contribué au développement de l'art américain durant cette période. Plus que tout, ce fut un réel plaisir de découvrir celle qui s'était cachée dans son ombre, une grande dame généreuse, douce et enfantine, pleine de rêves et de caractère. Une histoire de gens brillants, éclaboussés, rayonnants et intenses. (voir le compte-rendu complet sur le blog)

05-12-2019

ART, SEXE ET DROGUE... Une scène artistique new-yorkaise des années 1980, un célèbre peintre noir américain d'origine afro-porto-ricaine, avant-gardiste, prometteur, qui a commencé par le graffiti. Un grand nom pour l'art contemporain d'aujourd'hui. Son obsession : l'absence d'artistes noirs exposés dans les musées, et sa mère lui a montré des choses étranges. Suzanne Mallouk, sa muse, son Amour avec un grand A, malgré Andy Wharol, un autre A, et malgré tous les autres. Elle, celle qui a tout enduré, celle qui l'a aimé en lui donnant tout, jusqu'à la fin, jusqu'à sa mort à 27 ans, le club des 27 aussi. Les génies et la drogue, c'est un mariage obligatoire ? C'est ce que je me demande. Ils avaient eu la même enfance, marquée par des coups, et la vie les unissait, flottant dans un brouillard de fumée et de poussière blanche, souvent dans une atmosphère sombre, où l'amour et la violence coexistaient parfois. Pour moi, la veuve Basquiat est l'incroyable histoire d'une femme par-dessus tout, et de sa résistance. Ancienne droguée, accro à son peintre souterrain, à la coca et à toute la batterie de caméras et à l'alcool, elle a merveilleusement bien réussi : après de brillantes études initiées en 1988 (après la mort de Basquiat), elle est devenue Faculté de Médecine, psychiatre et psychothérapeute. Arrêtez de vous droguer. Elle s'est réparée en soignant des artistes qui souffraient de dépendance. Je ne connaissais pas du tout Jean-Michel Basquiat, cet artiste, bien que très connu, l'art contemporain ne me parlait pas vraiment, même si j'avais essayé. Mais Jennifer Clément (l'amie de Suzanne) le fait si bien, avec un style très vif, très coloré, mais aussi très sombre, comme les photos d'un album en noir et blanc que l'on peut feuilleter, que je lis tout à la fois. Je me sens vraiment mal après cette lecture. La cause : l'agitation de ces deux jeunes qui se sont détruits l'un l'autre il y a 30 ans, leur entourage (des noms comme Madonna) qui a fait la même chose, le racisme et, enfin, la dévastation du SIDA. Les deux amants se sont échappés. Il est également fait mention des mauvais traitements infligés aux Noirs par la police (malheureusement toujours d'actualité aux Etats-Unis de temps en temps) dans le cas de Michael Stewart, un de ses amis, battu à mort (deux ans après la mort, à ce jour, de cinq jeunes femmes assassinées par le Ku Klux Klan), et pour qui elle avait été plus que impliquée dans une lutte usuraire. Des vies drôles, des destinations drôles. Une lecture qui m'a poussé.

04-12-2019

BASQUIAT, UNE VIE EN GRAND FORMATS : peinture, créativité dans tous les sens, amour, drogue, les années 80. Ce sont les dernières années de la vie du peintre que Suzanne, "Vénus" comme il l'appelait, nous invite à partager au plus près des os, sur fond de bouillonnement new-yorkais de l'époque, de racisme et du début du défilé morbide du sida. Et c'est ce qui rend ce témoignage si puissant et excitant. Il montre l'énergie qui habite et nourrit le processus créatif quotidien et ses ramifications avec la vie (passée, présente, sordide ou non), les gens qui l'ont fréquenté et souvent aidé : Wharol, Diego Cortez qui l'a exposé pour la première fois, Madonna ? Cette proximité avec Basquiat nous permet d'entrevoir cette magie (parfois noire), plus que toute biographie. (DÉS)DUPLICATION DE PERSONNALITÉS "Tout était symbolique pour lui. Sa façon de s'habiller, de parler, de penser, de voir. Tout devait être prolifique, sinon pourquoi le faire et son attitude était toujours ironique. John se regarda de l'extérieur et se mit à rire." Observations générales, les souvenirs de Suzanne sont exposés et distanciés à la troisième personne. Ils sont complétés par des textes écrits sous forme de journal intime, en italique et à la première personne. basquiat2jpg Jean-Michel a aussi une personnalité très complexe (un seul ne lui suffit pas). Parfois monstrueux et tyrannique, parfois protecteur et doux ange ou tout cela dans un autre ordre. Leur vie a peut-être été marquée par la violence qu'ils ont subie dans leur enfance. Pendant un moment, il restera sous une table "Tel un chaton à la recherche d'une cachette, de là il voit Jean-Michel peindre, dormir, se défoncer...". Il prend un livre, le journal ou ce qui lui tombe entre les mains." Quand Suzanne se plaint, JM dit : "Tais-toi, Vénus. Je sais ce que c'est que d'être attaché comme un animal avec un bol de riz sur le sol. Un jour, j'ai compté mes bleus et j'avais trente-deux ans." La passion partagée par ces deux terribles enfants est sans doute aussi au cœur du livre, mais elle est aussi affectée par l'impossibilité d'avoir une communication "normale" et par la dépendance de plus en plus obsessionnelle et fatale de J.M.. Mais tout conduit à la création de graffitis, de musiques et de peintures, 24h/24, réalisés dans une profusion quotidienne de cocaïne puis d'héroïne. Ici aussi, l'excès rend Basquiat extraordinaire. Au final, la notoriété obtenue ne vous apportera rien, au contraire. "Il était devenu si célèbre que tout était très tendu entre nous. Il a été appelé de partout dans le monde pour être loué. C'était très triste parce qu'apparemment je n'étais pas satisfait... Il détestait les critiques d'art, ceux qu'il appelait "larves". La fin de cette histoire d'amour ne sera pas brutale, mais le résultat d'un long processus initié par Suzanne pour reprendre le contrôle de sa vie. Elle commencera une nouvelle vie après ses études de psychothérapeute et travaillera à guérir les artistes dépendants comme elle l'écrit. Je ne peux m'empêcher de faire le lien avec le livre passionnant de Patti SMITH "Just kids" qui décrit son arrivée à New York dans les années 1960, l'exposition de ses talents avec ceux de Robert Mapplethorpe et sa relation très forte d'amour et d'amitié. De plus, je vais bientôt revoir "M.". Train" sur une autre période de la vie du poète, plus récente. A la fin du livre, Suzanne CLEMENT et certains de ses amis qui ont survécu à la drogue et au sida viennent à la magnifique exposition 2010 de la Fondation Beyeler à Bâle et se souviennent que les graffeurs new-yorkais disaient "Let's write" ou "Are you a writer ?

Jennifer Clement

Christian Bourgois Editeur

Les Éditions Christian Bourgois ont été fondées en 1966. De grands succès comme Le Seigneur des Anneaux en 1972 ou les Verses sataniques en 1988 ont fait la réputation de cette maison. 50 titres sortent en moyenne chaque année. C'est le plus grand éditeur français de littérature espagnole et propose également de la littérature française, des essais, des documents, du théâtre et une spécialité musicale.