Ingres : Album de l'exposition
  • Éditeur: Gallimard
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2070118444
  • Tags: reflexion, naturalisme, esthétique, musée, indépendance,

Télécharger epub Ingres : Album de l'exposition livre gratuit en français PDF

Pour l'histoire de l'art, Jean-Auguste-Dominique Ingres fut à son tour perçu comme le meilleur élève de Jacques-Louis David et le résident le plus original de la Villa Médicis, puis comme le farouche opposant d'Eugène Delacroix, principal représentant du néoclassicisme au XIXe siècle et, en conséquence, maître du dessin et du trait, avant de devenir le misanthrope universitaire et maître qui incarnait la fidélité tenace à la tradition de la dépendance, Depuis le début du XXe siècle, la compréhension de son œuvre a considérablement évolué et son influence sur des symbolistes comme Gustave Moreau, sur les impressionnistes affiliés comme Edgar Degas et Auguste Renoir et surtout sur les maîtres du cubisme et de la peinture moderne, à commencer par Pablo Picasso et Henri Matisse, et au-delà de ces observations et analyses, sa personnalité et son œuvre sont encore plus contrastées, diverses et universelles. Fils d'un sculpteur, peintre et décorateur qui avait inclus sa formation et son goût esthétique dans le mouvement de la riche et créative école toulousaine de peinture amoureuse des Grecs et des premiers peintres de la Renaissance, d'où les violents reproches de "primitivisme" qui lui étaient adressés, il participe à un vaste mouvement artistique européen pour la régénération de la tradition, mouvement qui réunit les Anglais John Flaxman et William Blake ainsi que les Nazaréens allemands, travaillant à Rome en même temps que lui et préparant la plupart des idées romantiques obtenues par les thèmes orientaux et la représentation du corps féminin, Ingres a également initié une réflexion très personnelle sur l'équilibre entre réalisme sensuel et idéalisation érotique qui animera les réflexions de nombreux peintres et poètes de la seconde moitié du XIXe siècle, à commencer par Théophile Gautier et les auteurs de Parnaso, qui, après avoir reçu de nombreuses commandes pour la peinture religieuse, inventeront enfin une esthétique originale, basée sur l'hiératique, le naturalisme et le non-conformisme de la composition et des festivals de peinture, qui vont sans doute guider la peinture religieuse du XIXe siècle. L'exposition du Musée du Louvre, première rétrospective en France depuis 1967, a pour ambition de montrer un artiste passionné et excessif, profondément original et presque marginal, un homme de contrastes capable d'être à la fois rebelle et défenseur de la tradition, un classique et une haine des idées préconçues ; Portraitiste sublime, peintre d'histoire en quête de ruptures, poète provocateur du corps de la femme, grand dessinateur et coloriste subtil, Ingres, qui fut une sorte de "romantique du classicisme", ne peut que nous surprendre aujourd'hui et nous séduire par la force et l'indépendance de sa pensée et son esthétique.

Vincent Pomarède

Vincent Pomarède

Nationalité : France Né à : Montpellier, le 20/08/1959 Biographie : Vincent Pomarède, diplômé de l'Ecole du Louvre, est conservateur en chef du département peinture du Musée du Louvre. Extrait d'une interview : "Je crois que je connais très bien le Louvre, pas seulement parce que j'y ai été conservateur. Je suis entré dans les comptoirs de vente en 1980. J'ai travaillé pendant cinq ans à la librairie du Louvre et dans l'atelier de moulage quand ils étaient encore dans la salle du Manège. J'ai donc rencontré le "vieux" Louvre, qui avait du charme, et je l'ai rencontré sur le terrain, dans sa dimension de relation avec le public. Puis je suis allé pendant près de cinq ans au Département de Restauration des Œuvres et j'ai travaillé dans la restauration de musées dans les régions. J'ai vu le lancement du projet du Louvre. J'étais conservateur stagiaire chez Michel Laclotte lors de l'ouverture de la pyramide. A mon retour après 1991, j'ai travaillé dans la peinture française avec Sylvain Laveissière et Marie-Catherine Sahut, puis j'ai coordonné les restaurations au sein du département de peinture. Le fait d'être allé à Lyon pendant trois ans avant mon retour a été très gratifiant. A mon retour au Louvre, j'ai trouvé beaucoup de choses que je savais, mais le musée avait beaucoup changé durant cette période : avec le Contrat d'Utilisation et de Moyens, une gestion administrative différente, de nouveaux projets, un renouvellement des personnes... D'autre part, les grands défis n'ont pas fondamentalement changé... + Voir plusSource : Ajouter des informations

Commentaires et critiques des lecteurs

11-11-2019

Jean-Auguste-Dominique Ingres, né le 29 août 1780 à Montauban et mort le 14 janvier 1867 à Paris, est un peintre néoclassique français du XIXe siècle. En 1701, il entra dans l'atelier de David et gagna le premier prix de Rome en 1801. Il rejoint la Villa Médicis en 1806, où il reste jusqu'en 1820 pour se rendre à Florence, où il reste quatre ans et réalise une commande du gouvernement français : le "Rêve de Louis XIII", qui connaît un grand succès. Pendant dix ans, il forme de nombreux peintres dans son atelier parisien (notamment Théodore Chassériau et Hippolyte Flandrin) et, parmi de nombreuses autres commandes, crée "L'Apothéose d'Homère" (1827) pour le plafond d'une salle du Louvre. Puis, son tableau "Le Martyre de Saint Siforiano", très critiqué dans le Salon de 1834, Ingres, amer, décide de retourner à Rome, où il restera sept ans... Pendant cette période, il peindra beaucoup. En plus de sa première version de "La Vierge à l'hostie", archaïque et vénitienne, il achève "Antiochus et Straton", ainsi que son "Odalisque à l'esclave", qui rappelle "L'homme endormi de Naples". Il attirera également ses nombreux étudiants de la Villa Médicis et leurs familles. Ingres, maître dans l'art du dessin, joue aussi du violon comme virtuose et l'expression "violon d'Ingres" fait même partie du langage courant. Toute sa vie, il s'est intéressé à la musique et à ses interprètes. Cela se reflète dans ses portraits de musiciens, comme "Cherubini et la muse de la poésie lyrique" (1842) et ses dessins extraordinairement évocateurs de "Paganini" ou "Franz Liszt". Ses talents de dessinateur et son acuité psychologique, combinés à la précision du trait, en font un portraitiste très talentueux : M. Bertin (1832, Musée du Louvre, Paris), Mme Moitessier (1851, National Gallery of Art, Washington) et la Comtesse de Haussonville (1845, Frick Collection, New York) en sont de bons exemples. La vieillesse n'aura aucun effet sur la productivité d'Ingres qui, à l'âge de quatre-vingt-deux ans, fait du célèbre bain turc (1862, musée du Louvre, Paris), le sommet de sa maîtrise du nu féminin. A sa mort, en 1867, il laisse la majeure partie de son œuvre à la ville de Montauban, qui crée le Musée d'Ingres.

Vincent Pomarède

Gallimard

Gallimard est un groupe d'édition français, fondé en 1911 par Gaston Gallimard, et issu des éditions NRF créées en 1908 par Gide et sa famille. Le groupe Gallimard est considéré comme l'un des plus importants éditeurs français et a remporté de nombreux prix Goncourt, Nobel de littérature et Pulitzer dans son catalogue d'auteurs.