Peintures de sable des indiens navajo : La voie de la beauté
  • Éditeur: Actes Sud
  • Rencard:
  • Langue: Frances
  • ISBN: 2742707662
  • Tags: navajos, Catalogues d'exposition, maladie, symbolisme, compassion,

Télécharger epub Peintures de sable des indiens navajo : La voie de la beauté livre gratuit en français PDF

Chez les Navajos, les premiers Indiens d'Amérique du Nord, les peintures sur sable sont essentielles à la " guérison " : le patient est assis au centre, face à l'est, et le médecin prend des parties de l'œuvre avec ses mains et les applique avec précision et compassion au corps du " patient ". L'ensemble de la cérémonie comprend des centaines de chants, de prières et dure plusieurs jours et plusieurs nuits. L'objectif est de retrouver l'état de faucille, ce mot signifie santé mais aussi beauté, harmonie, ordre. Parce que le patient est celui qui a rompu, par sa conduite, l'équilibre fixé, une fois pour toutes, par les Êtres Sacrés, ces tableaux ont été créés par les dieux. Responsable de sa maladie, le patient est aussi responsable de son rétablissement. Ce processus complexe n'est pas seulement une "guérison" au sens strict du terme, mais il y a encore près de trente cérémonies différentes, dont chacune comporte plusieurs branches et aborde des maux différents. Praticiens et spécialistes navajos, anthropologues de la nouvelle école, soucieux de ne pas mettre nos schémas au-dessus des pratiques qui altèrent les nôtres, des gens de la campagne viennent ici pour nous enseigner "la voie de la beauté".

Sylvie Crossman

Sylvie Crossman

Nationalité : France Biographie : Originaire de Lille, l'Australie est devenue la terre d'adoption de Sylvie Crossman. Sylvie Crossman, très vite, a été projetée dans des sociétés "primaires". Il a grandi parmi les Maoris à Raiatéa, l'île sacrée des Polynésiens où ses parents étaient professeurs. Étudiant à l'École Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses, angliciste de formation, il a vécu à Los Angeles de 1974 à 1981. Il enseigne à l'Université de Californie et rencontre régulièrement l'écrivain Henry Miller, qui lui rendra hommage dans un livre, le seul à écrire directement en français, à sa suggestion : "Je ne suis pas plus stupide que quiconque" (Buchet/Chastel, 1976). En 1978, il devient correspondant du journal californien Le Monde. De retour à Paris, il publie Le Nouvel Age, un essai sur la société californienne, puis un roman historique, La Guéniza, publié chez Seuil. En 1985, il retourne à Sydney, où il crée le poste de correspondant mondial en Australie. A cette occasion, elle découvrira le centre du continent et les peuples aborigènes qui l'habitent et, en particulier, ses grands initiés et peintres qu'elle et son compagnon Jean-Pierre Barou ont présentés au public français en 1990 grâce à une exposition au Musée Fabre à Montpellier, la première en France sur la peinture australienne. Depuis, à travers une série d'autres expositions - à Strasbourg, Limoges, Nice, mais surtout La Villette, Paris, avec une trilogie de références (Tibet, Pratique du mandala, 1995...) ; Sand Paintings of the Navajo Indians, 1996, et Aboriginal Painters of Australia, 1997/1998) - il va favoriser un dialogue sans précédent entre le "savoir juridique" de ces sociétés autochtones et nos connaissances scientifiques, entre aborigènes, amérindiens, tibétains, inuit, artistes et cartiers... et nos médecins, oncologues, neurologues et immunologistes. C'est pour prolonger cette œuvre qu'il fonde, en septembre 1996, toujours avec Jean-Pierre Barou, une maison d'édition, Indigène. Sylvie Crossman a également publié : - La Roue du temps (South Acts, 1995) traduite aux États-Unis (2004, Konecky & Konecky, Connecticut) - Jean Lacouture, la biographie du biographe (Balland 1993) - Enquête sur les savoirs autochtones (avec Jean-Pierre Barou ; Calmann-Lévy, 2001 ; Gallimard Folio Actuel, 2005) - Les Clés de la santé indigène (avec Jean-Pierre Barou ; Balland, 2004). Page web de l'auteur : + Voir moreSource : Ajouter des informations

Commentaires et critiques des lecteurs

21-09-2019

"Heureusement, j'ai recouvré la santé. Heureusement, mon calme intérieur revient. Heureusement, mes yeux retrouvent leur pouvoir. Heureusement, ma tête se calme", dit l'une des dernières prières du Chemin de la Nuit." (34) Ce catalogue d'exposition est en mouvement. Elle nous parle d'une tradition qui lutte pour se maintenir, dont l'environnement vacille, s'effrite, est déstabilisé par les grands bouleversements sociaux, économiques et géographiques que connaît la région des Quatre Coins, et se concentre sur deux chanteurs : Hosteen Klah et Fred Stevens II. Ils ont été les premiers à avoir l'audace de retirer les peintures sur sable de leur contexte cérémoniel et de les offrir au cœur et aux yeux des non-Navajos. A la fin du XIXe siècle, Hosteen Klah reprend les motifs de peintures sèches sous forme de textiles, tandis que Fred Stevens II est le premier à les fixer sur un support, vers 1946. Inspiré par l'exemple d'Hosteen Klah, Stevens a pris des précautions spirituelles et techniques pour éviter le mécontentement des surnaturels. (...) Stevens décida d'apporter quelques changements mineurs dans la représentation des motifs - en inversant deux couleurs, par exemple - et même en omettant des détails critiques - en supprimant l'arc-en-ciel protecteur autour d'un personnage - ; ces clins d'œil indiquaient aux Êtres Sacrés que ces peintures étaient destinées à éduquer le public, à être une source de joie et non à soigner dans le sens le plus pur du terme. Ainsi, ces œuvres n'auraient pas le caractère sacré ou dangereux des compositions réalisées lors des cérémonies, dans l'enceinte des quatre montagnes sacrées". (63) Il n'y a pas beaucoup de détails sur le symbolisme des peintures, mais la contextualisation fournit une base significative pour ceux qui s'y intéressent sincèrement. La route de la grêle, dont la transmission a apparemment disparu, est exposée à travers sept représentations dans lesquelles on peut trouver quelques explications : "Avec joie, je guéris...". Avec joie, la fraîcheur me pénètre Avec joie, mes yeux retrouvent leur pouvoir Avec joie, la fraîcheur pénètre ma tête Avec joie, mes membres retrouvent leur pouvoir, Avec joie, je retrouve le pouvoir d'entendre Avec joie, le sort s'enfuit Avec joie, je retrouve le pouvoir de marcher Insensible à la douleur, Avec des sens aiguisés, je marche."

Sylvie Crossman

Actes Sud

Créée en 1978 par Hubert Nyssen, Actes Sud est une maison d'édition française créée en 1983 au Méjan, Arles. Son catalogue est varié et propose de la littérature, des essais, des documents, des beaux-arts, de la nature, de la gastronomie et même du théâtre... Actes Sud a lancé une collection de bandes dessinées en 2005 et possède également Actes Sud Junior, spécialisée dans l'édition de livres pour enfants.